Statistiques
Nous avons 2843 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est camélia-tsubaki

Nos membres ont posté un total de 974167 messages dans 34467 sujets
   
Derniers sujets
Anniversaire
par Ribelle Aujourd'hui à 8:53

Vous faites quoi en ce moment ?
par Ribelle Aujourd'hui à 8:51

Bonjour - bonsoir
par Ribelle Aujourd'hui à 8:50

les crêpes par Raymond Oliver
par bzh Aujourd'hui à 8:08

Vous vous sentez comment ?
par Intemporelle Aujourd'hui à 7:14

Vos envies du moment
par Intemporelle Aujourd'hui à 7:13

Hommes : pourquoi ils ne peuvent pas faire deux choses à la fois ?
par Intemporelle Aujourd'hui à 7:11

Votre météo du jour
par Intemporelle Aujourd'hui à 7:08

Nos journées
par Intemporelle Aujourd'hui à 7:07

Fast flood
par Intemporelle Aujourd'hui à 7:04

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Heavy Rain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveau Heavy Rain

Message  Nathalyyyyy le Lun 27 Juin 2011 - 15:32

HEAVY RAIN



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


# Editeur : Sony
# Développeur : Quantic Dream
# Type : Aventure / Autres
# Sortie France : 24 février 2010
(23 février 2010 aux Etats-Unis - 18 février 2010 au Japon)
# Classification : Déconseillé aux - de 18 ans




Ayant fini ce jeu, je peux vous dire qu'il à des graphismes superbes avec un scénario digne d'un film américain dont vous êtes l'unique scénariste, vous incarnerez différents personnages durant le jeu ce qui casse le côté répétitif. Je le conseil vraiment, c'est d'ailleurs bien plus qu'un simple jeu.



Descriptif :Heavy Rain est un jeu d'aventure. Vous incarnez 4 personnages différents ayant tous un lien avec le tueur à l'Origami. Chacun tente d'enquêter sur l'identité du criminel. Le jeu se présente sous la forme de phases d'exploration et d'actions durant lesquelles le joueur doit réaliser des actions contextuelles pour effectuer ses actions. Le titre autorise un choix conséquent d'actions ce qui permet quasiment d'agir dans le jeu comme dans la réalité.


Fils légitime de Fahrenheit, Heavy Rain mise, tout comme son paternel, sur une implication totale du joueur. Mettant en exergue l'immersion et l'émotion, David Cage multiplie les clins d'oeil à ses modèles cinématographiques en nous offrant un récit interactif non seulement basé sur un drame mais aussi les réactions de ses acteurs virtuels. Mais au-delà des promesses et des beaux discours, que vaut réellement ce titre autant dans la forme que dans le fond ? Voici donc un avis parmi tant d'autres n'ayant pour ambition que d'entrouvrir la porte d'une autre vision du jeu vidéo...





Plutôt que de s'affirmer comme un prolongement au cinéma ou au jeu vidéo, Heavy Rain mélange ces deux univers pour se poser tel un produit hybride. Bâti sur les fondations de Fahrenheit, le titre de David Cage se présente comme un clone parfait de son grand frère tout en accentuant un peu plus le réalisme de ses situations. Pour autant, et bien que le jeu entend plonger le joueur dans le quotidien de ses avatars, il n'omet pas de raconter une histoire, certes grandement inspirée par le cinéma hollywoodien mais aussi et surtout mû par la volonté d'offrir au joueur une expérience inoubliable. De fait, parler d'un titre comme Heavy Rain n'est pas aisé car sorti du contexte technique, il convient plutôt de s'étendre sur les rouages d'une histoire, les relations entre les personnages, la réalisation et l'émotion qui s'en dégage.


Si la narration et a fortiori le déroulement de l'aventure vous intéressent, c'est de l'autre côté de l'Atlantique qu'il faut se rendre afin de dénicher les influences directes ou indirectes. On touche ici un point sensible puisque si l'histoire en elle-même est somme toute intéressante, on pourra regretter que David Cage se soit trop imprégné de l'ambiance de Seven sans jamais chercher à acquérir une identité propre. Vu la qualité exceptionnelle du long-métrage, on ne s'en plaindra pas d'autant qu'Heavy Rain profite de la même atmosphère pluvieuse, maussade et sombre tranchant radicalement avec un début de jeu baignant dans des teintes lumineuses synonymes de bonheur et d'innocence. Pourtant, on sera un peu plus étonné de retrouver des répliques quasi exactes de certaines scènes du film de Fincher ceci dénotant d'un manque d'ambition et d'originalité. On se demandera alors pourquoi, quitte à "innover", Cage n'a pas cherché à créer ses propres codes et à immerger le joueur dans un monde totalement inédit afin de l'étonner. Certes, le spectre menaçant de la deuxième moitié fantasmagorique de Fahrenheit aurait, lui aussi, pu menacer le nouveau projet de Quantic Dream mais ceci n'explique en rien le classicisme certain de la structure narrative d'Heavy Rain. Peur d'une éventuelle prise de risque compte tenu de l'importance du budget alloué à l'équipe française ? Frustration vis à vis du 7ème art ? Difficile à dire...





Quoiqu'il en soit, l'autre point commun entre Heavy Rain et Seven se situe au niveau des musiques, composante essentielle de la bande-son par ailleurs excellente dans le cas qui nous intéresse aujourd'hui. En somme, si l'ensemble du titre baigne dans des sonorités pesantes renvoyant parfois au score de Howard Shore, elles sont ici légèrement surexploitées. En effet, si l'élément sonore supporte constamment les images en accentuant les émotions véhiculées, l'usage du thème principal, via plusieurs déclinaisons, devient au fil du jeu moins percutant. Il faut dire que l'entendre lors d'une découverte morbide est une chose, y avoir droit quand on cuit une omelette dans sa cuisine en est une autre. Tout ceci mis bout à bout aura donc tendance à nous sortir parfois de l'intrigue alors que c'est justement l'un des points les plus importants du titre. Ainsi donc, à l'image de Fahrenheit, il est possible de réaliser moult gestes du quotidien, que ce soit avec l'un ou l'autre des quatre personnages jouables se succédant tout au long des 60 chapitres afin de démasquer un tueur d'enfants.


L'action anodine devient dès lors aussi importante que le fait d'opter pour certains choix moraux comme de tirer sur un suspect ou de prendre un petit remontant. L'idée est d'immerger pleinement le joueur en lui donnant l'impression d'évoluer dans un univers familier ou du moins dans celui des protagonistes. Le hic est que l'ensemble des gestes couplé à des actions contextuelles, défini à l'intérieur de chaque chapitre, ne force jamais à l'empathie. Pire, elles ont souvent tendance à faire pouffer l'audience et, une fois encore, à nous sortir du jeu. Toutefois, si certaines actions ne servent à priori à rien (boire un verre de jus d'orange, prendre une douche, aller aux toilettes, répondre au téléphone...), l'abondance de "banalité" permet de masquer l'action qui va déclencher un élément important permettant au scénario de suivre son cours. En somme, si l'implication du joueur dans la destinée de ses personnages est bridée par le bon vouloir du réalisateur, la progression de l'histoire devient plus limpide même si paradoxalement il conviendra d'effectuer une action précise pour que le fil de l'intrigue se dénoue.


A ce sujet, on pourra être surpris par le déséquilibre existant entre les séquences d'action à base de QTE et les scènes plus posées durant lesquelles on pourra déplacer son héros et interagir avec des éléments. Dans un cas, le tout profitera d'une mise en scène cinématographique, d'un découpage millimétré, de cadrages dynamiques et de vraies montées d'adrénaline alors que dans l'autre, le joueur reprendra la main et devra faire face à la triste réalité, celle découlant d'un véritable gameplay. En somme, si Heavy Rain se montre très à l'aise avec sa narration basée sur un enchaînement de séquences contextuelles, il l'est beaucoup moins dans les déplacements soumis au bon vouloir du joueur. Les personnages ont en effet tendance à traîner la patte et il n'est pas rare de pester pour se rendre d'un point A à un point B afin de se retrouver devant la prochaine action contextuelle. Peu instinctif et en cela très proche d'une jouabilité à la Resident Evil, celle-ci contraste d'autant plus avec le reste que les mouvements des personnages manquent cruellement de réalisme. Affichant une raideur cadavérique, ou des postures dignes d'un Playmobil, nos avatars ont également la manie de bouger dans un premier temps leur bassin puis leurs jambes lorsqu'il s'agit d'effectuer un simple retournement. Enfin, outre un univers de carton synonyme d'éléments sans aucune consistance, les interactions entre les héros restent elles aussi très limitées. Un peu hors propos pour un jeu prônant le réalisme à tout prix, le tout pouvant rapidement faire sombrer une scène pleine de tendresse dans une sorte d'ébat amoureux entre deux mannequins de cire.


Heureusement, ces passages ne servant la plupart du temps qu'à relier deux points essentiels du scénario, on aura tôt fait de se focaliser à nouveau sur l'histoire. Encore plus vrai qu'à certains moments il s'agira de prendre des décisions rapides pour obtenir ou non des aveux, trouver l'élément déclencheur, etc. A ce stade, Heavy Rain prend alors des allures de jeu d'aventure même si très rapidement la narration automatique reprend ses droits. Néanmoins, au détour de séquences nous proposant plusieurs choix pour orienter une conversation ou pour débloquer une situation explosive, on appréciera cette semi-liberté débouchant le plus souvent sur un dénouement unique essentiel à la bonne marche de l'histoire. Nonobstant, de ces choix ressortiront quelques embranchements afin de proposer une relecture partielle, ou totale, d'Heavy Rain. De fait, bien que le jeu de Quantic Dream ne se vive pleinement qu'une seule fois (dixit David Cage), l'idée d'avoir éclaté sa narration afin d'appréhender la fin de plusieurs façons semble intéressante de prime abord. Cependant, les limitations d'un tel procédé sont évidentes dans le sens où l'intérêt d'Heavy Rain se situe principalement dans la promesse d'un twist final synonyme de révélation fracassante. En somme, une fois déballé son sac, l'idée de tout ranger afin de défaire différemment son baluchon n'aura que peu d'intérêt, du moins d'un point de vue émotionnel. On ne se refera donc pas une nouvelle "séance" pour mieux comprendre ce que l'on vient de vivre mais plutôt pour chercher l'action contextuelle permettant de voir tel ou tel chapitre d'une manière différente. Ici, c'est donc bel et bien la quête, très terre à terre, de l'embranchement perdu qui prévaudra à nouveau sur l'émotion inhérente à l'histoire.



Néanmoins, on aura tôt fait de se prendre d'affection pour les quatre protagonistes principaux évoluant en parallèle afin de démêler le vrai du faux. Certes, on ne pourra s'empêcher de soupirer devant certains personnages caricaturaux ou quelques maladresses de mise en scène nous donnant dès le départ de gros indices sur l'identité du tueur mais dans l'ensemble, les acteurs de ce drame virtuel sont bien croqués. De plus, si chaque personnage possède sa propre personnalité, ses propres convictions, c'est le joueur qui choisira à un moment ou à un autre d'opter pour telle ou telle décision vitale pour l'enquête et parfois la vie de son avatar. Que ce soit avec Madison au passé soigneusement dissimulé, Ethan désirant plus que tout retrouver son enfant, le détective privé Scott Shelby issu d'une aventure de Philip Marlowe ou son contraire, l'agent du FBI Norman Jayden lié à la vie à la mort à son travail, l'implication du joueur sera partie prenante de ces destins croisés. Pourtant, on ne pourra que regretter que certains personnages aient été délibérément sous-exploités afin d'inciter le joueur à acheter de futurs contenus téléchargeables pour en connaître un peu plus sur la cicatrice de Norman, les insomnies de Madison, etc. Si le procédé est de plus en plus exploité dans le milieu, il devient fortement problématique dans le cas d'Heavy Rain, oeuvre centrée sur ses personnages. En effet, ils auraient tous mérité un véritable background dès le départ afin qu'on puisse mieux s'identifier à eux ou, tout simplement, s'émouvoir de ce qu'il leur arrive.


En définitive, outre des carences techniques et une émotion recherchée n'arrivant jamais à la cheville de celle véhiculée par des titres profonds comme Ico ou bien encore Braid, il vous faudra également accepter le fait que ladite implication passe non pas par cette reproduction cloisonnée de la réalité mais plutôt par des choix de narration oeuvrant pour le retour du Sixaxis et de la QTE. Loin d'être un porte-étendard pour l'innovation vidéoludique ou une quelconque leçon de maturité, par ailleurs déjà apprise par nombre de ses aïeuls (In Memoriam en tête), le jeu de Quantic Dream n'en reste pas moins un jeu bien construit, peu original dans les directions empruntées mais suffisamment solide pour proposer une expérience à la croisée des chemins du 7ème art et du jeu vidéo. Qu'on aime ou non, Heavy Rain reste bon gré mal gré un bon petit film interactif à défaut d'être un jeu génial.


Source http://www.jeuxvideo.com/jeux/playstation-3-ps3/00016381-heavy-rain.htm
avatar

Nathalyyyyy
Membre

Messages : 31
Date d'inscription : 25/06/2011
Localisation : Dans ma maison

Nathalyyyyy

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau Re: Heavy Rain

Message  Dad le Lun 27 Juin 2011 - 18:03

Un bon post , Nath Wink

_________________________________________________
Un problème sans solution est un problème mal posé.
Albert Einstein
avatar

Dad
Admin fondateur

Messages : 39851
Date d'inscription : 18/12/2010

Dad

https://www.skywebforum.com/

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau Re: Heavy Rain

Message  Vinyle le Lun 27 Juin 2011 - 18:51

sympa :)
avatar

Vinyle
V.I.P.

Signe du zodiaque : Poissons

Messages : 13709
Date d'inscription : 19/12/2010
Age : 51
Localisation : Y'a une tour quelque part

Vinyle

https://lagalettenoir.centerblog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau Re: Heavy Rain

Message  trunks145 le Dim 10 Juil 2011 - 19:49

Je suis désolé je n'ai pas eu le courage de tout lire, mais je n'en ai pas besoin pour être convaincu que ce jeu es très bon !
L'ayant fini a 100%, j'ai vraiment bien aimé ma première expérience.
Étant fan de cinema, jouer a un jeu et avoir enfin l'impression d'ecrire par soi-meme l'histoire du film est un pur plaisir.
Le seul vrai point négatif que l'on peut reprocher, ce sont des graphismes parfois + que limite, voir par moment complètement mauvais ! Mais cela ne gâche en rien l'expérience du jeu !

trunks145
Membre

Signe du zodiaque : Capricorne

Messages : 147
Date d'inscription : 03/01/2011
Age : 28
Localisation : Loos Nord

trunks145

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau Re: Heavy Rain

Message  Aslow7 le Dim 21 Juil 2013 - 0:36

Le jeux est vraiment prenant.
J'ai accrochée rien à redire vraiment complet !
avatar

Aslow7
Membre

Signe du zodiaque : Cancer

Messages : 85
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 23
Localisation : Où bon me semble

Aslow7

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau Re: Heavy Rain

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum