Statistiques
Nous avons 3116 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Léon

Nos membres ont posté un total de 1124052 messages dans 49317 sujets


Statistiques globales du forum

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Les liens amoureux, un héritage de l’enfance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveau ( par default ) Les liens amoureux, un héritage de l’enfance

Message  Invité le Mer 13 Mar 2019 - 17:40

Et si notre vie amoureuse était en grande partie conditionnée par la relation à notre mère durant la prime enfance? Cet héritage joue bel et bien un rôle déterminant dans les relations amoureuses et intimes à l’âge adulte. Éclairage.
Les liens amoureux, un héritage de l’enfance Liens_amoureux_heritage_enfance_gallerylarge

L’existence de ce premier lien est aussi vitale que la nourriture, comme l’ont démontré des études du siècle dernier, déjà. C’est grâce à cette base de sécurité affective que l’enfant peut se construire et explorer le monde. En difficulté, il met en œuvre ce système d’attachement dans le but d’obtenir ou de maintenir la proximité avec sa figure maternelle, de réguler les comportements d’aide et de soutien. Autrement dit, il sollicite sa mère pour se sentir rassuré. Cette dernière va répondre à ses besoins, de façon plus ou moins adéquate, en fonction de sa propre histoire, de son contexte de vie, mais vraisemblablement aussi en fonction de bases neurobiologiques qui lui sont propres.

Selon sa réponse, très attentionnée ou à l’inverse indifférente, voire agacée ou dé-sécurisée à l’égard des demandes de l’enfant, celui-ci se révélera «sécure» ou «insécure» dans son rapport au monde et à l’autre, selon les termes de John Bowlby, psychiatre britannique à l’origine des théories de l’attachement.
Les choses sont plus compliquées pour les adultes insécures, dont il existe plusieurs catégories – qui diffèrent selon les théoriciens. Globalement, on peut en retenir trois. Les «anxieux» ont une mauvaise estime de soi, ils recherchent la fusion en raison de leur grande peur de l’abandon; les «désorganisés» fluctuent entre une peur de l’abandon et de la proximité, tandis que les «évitants» ont une vision négative du couple, sont peu démonstratifs, contrôlent leurs émotions, manquent de confiance et surtout se sentent vite envahis, ce qui se manifeste par un fort besoin d’indépendance et de liberté.






                               L’intégralité de l'article
Anonymous

Invité
Invité


Invité

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum