Statistiques
Nous avons 3087 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Henri

Nos membres ont posté un total de 1111400 messages dans 47106 sujets
   
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Réchauffement climatique : vers la disparition des nuages et 13 °C de plus ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveau ( par default ) Réchauffement climatique : vers la disparition des nuages et 13 °C de plus ?

Message  Jalna le Jeu 7 Mar 2019 - 13:44

Trois climatologues californiens ont découvert une instabilité du climat de la Terre passée jusqu'ici inaperçue. Si l'humanité continue ses émissions de gaz carbonique sans frein, à l'horizon 2100, une brusque disparition de la couverture nuageuse au-dessus des océans fera bondir les températures. Celle de la Terre en moyenne gagnerait alors 13 °C de plus. Ce qui sera dévastateur.


[iLa Terre sera-t-elle une étuve en 2100 ?
Les réactions d'effroi sont donc compréhensibles et justifiées lorsque l'on prend connaissance du résultat principal d'une simulation portant sur l'état de la couverture nuageuse au-dessus des océans, passé un certain seuil en gaz carbonique. Un article l'exposant vient d'être publié dans Nature Geoscience par une équipe de trois climatologues états-uniens, membres du célèbre Caltech où enseignait Richard Feynman.

Selon les chercheurs, passé un taux de 1.200 ppm de CO2 dans l'atmosphère, un point critique est atteint dans le système dynamique qu'est l'atmosphère, qui fait donc disparaître les stratocumulus. Or, ceux-ci réfléchissent une partie de la lumière solaire et sont donc responsables d'une composante négative du forçage radiatif. En clair, plus d'énergie sera injectée dans l'atmosphère et les températures, déjà atteintes en raison de ce taux de gaz carbonique, grimperont brutalement de 8 °C en moyenne, et de 10 °C, au niveau des régions subtropicales.

Or, le scénario RCP8.5 correspond à un taux de C02 comparable en 2100, ou pour le moins, peu de temps après ; cela signifie que si les émissions continuent sans inflexion significative, les prédictions sinistres des chercheurs californiens se vérifieront à ce moment-là. La température moyenne globale sera, non pas de 5, mais bien de 13 °C. Ce résultat est d'autant plus terrifiant que les simulations indiquent qu'il faudrait redescendre à un taux de 300 ppm pour que la couverture nuageuse se reforme.

Ce taux est actuellement de 410 ppm environ... On mesure à quel point revenir en arrière rapidement est une utopie et pourquoi il n'est donc pas possible de se passer d'étude sur la géoingénierie si l'on n'arrivait pas à réduire suffisamment à temps les émissions de CO2. On mesure aussi combien la mise en place d'une stratégie d'émission négative a besoin, elle aussi, de temps pour être efficace.

Faut-il, pour autant, désespérer et faire son deuil du futur de l'humanité ?

Certainement pas.][/i]

Jalna

Jalna
Modératrice Générale en Chef

Messages : 133195
Date d'inscription : 07/10/2011

Jalna

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum