Statistiques
Nous avons 3123 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Louvely

Nos membres ont posté un total de 1125815 messages dans 49595 sujets



Statistiques globales du forum
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Amour : on ne se choisit pas par hasard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveau ( par default ) Amour : on ne se choisit pas par hasard

Message  Invité le Mar 4 Déc - 17:24

Pourquoi lui ? Pourquoi elle ? Si toute rencontre paraît découler d’une suite de coïncidences imprévisibles, chacun de nous l’aborde, à son insu, bardé d’un tas de déterminismes conscients et, surtout inconscients.
Amour : on ne se choisit pas par hasard Amour-10
Moteur ! Le temps s’arrête, c’est lui, c’est elle. Qu’elle dure une minute, une nuit ou une vie, la rencontre est magie. Séquence émotion. Elle change le quotidien en conte de fées, le gris en rose, le plomb en or. Une soudaine légèreté de l’air l’accompagne. D’une vie stable et sans histoires, on passe à la vie rêvée des anges.

Seulement voilà, pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et n’en aime-t-on qu’une seule ? Le hasard ? Cupidon ? Certes non ! Même si toute rencontre semble découler d’une suite de coïncidences imprévisibles, chacun l’aborde bardé, à son insu, d’un tas de déterminismes conscients et, surtout, inconscients.
L’emboîtement de deux névroses

Nul besoin d’être sociologue pour constater qu’on a plus de chance de tomber l’un sur l’autre si on fréquente la même fac, la même entreprise, le même quartier ou le même club sportif… C’est mathématico-logique, la loi des probabilités.Aujourd’hui, note Jean-Georges Lemaire, la rencontre amoureuse est surinvestie, on la souhaite parfaite, idéale. Voilà sans doute pourquoi la " collusion inconsciente narcissique " est devenue la plus fréquente dans les choix amoureux. On cherche un être qui ressemble à ce que l’on pense être ou à ce que l’on voudrait être, qui est ou qui a " tout ce dont on rêvait ". Bref, un faire-valoir, un miroir qui renvoie une image positive de soi-même.

Si l’objet est totalement bon, le sujet aussi est heureux et tout-puissant. " Cette phase qui s’appuie sur le clivage et le déni de la réalité, à la limite du " pathologique ", fait peur à tous les frileux qui redoutent la fusion et diabolisent la passion.
Ils ne supportent pas de perdre la maîtrise de leurs émotions, mais ils ont tort, précise Alberto Eiguer, psychothérapeute de couple, car cet élan passionnel est une victoire de la libido, pour la vie contre la mort, pour la fusion contre la séparation, pour le plaisir contre la souffrance " .
Toute rencontre amoureuse tend à la fusion avec l’autre. Comme le rappelle Freud, aux prémisses de l’état amoureux, la démarcation entre moi et l’objet tend à s’effacer. Toi et moi ne font qu’un.




                                                   L'article
Anonymous

Invité
Invité



Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum