Statistiques
Nous avons 3104 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Katze

Nos membres ont posté un total de 1120794 messages dans 48536 sujets
   
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Le retour du criminel né ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveau ( par default ) Le retour du criminel né ?

Message  Sweety le Sam 10 Nov 2018 - 0:22

Et si le comportement des criminels était inscrit dans leurs gènes ? C’est ce que soutient Adrian Raine, « neuro-criminologue » britannique expatrié aux États-Unis, dans un ouvrage. 
Un parfum de polémique ?


En 1994, il utilise le PET scan* pour enregistrer l’activité cérébrale de 41 prisonniers américains. Dans quel but ? Prouver qu’il existe des marqueurs génétiques et biologiques prédisposant au crime. La suite de ses travaux ne déviera pas de cette optique. Près de deux décennies de recherches, de méta-analyses et d’études longitudinales qu’il résume dans un livre...

Au fil de son ouvrage, Raine élabore ainsi une théorie « neuro-développementale » des origines de la violence : d’après lui, les criminels ont des broken brains, littéralement des « cerveaux cassés », qu’il décrit comme « anatomiquement différents du reste de la population ». Outre un nombre pléthorique d’études scientifiques, Raine évoque des parcours singuliers de criminels illustrant sa théorie.

Parmi eux, on trouve le récit de la vie de Jeffrey Landrigan. Abandonné par sa mère à sa naissance en 1962, ce dernier est recueilli par une famille américaine respectable. Pourtant, dès son plus jeune âge, il fait montre d’un comportement peu en adéquation avec le milieu dans lequel il est élevé : premier cambriolage à 11 ans, consommation abusive d’alcool, addictions aux drogues…
Autant de faits qui forment un prélude à sa carrière criminelle. Déclaré coupable de meurtre, il est condamné à une peine de vingt ans de prison en 1982. Après une évasion rocambolesque et un autre meurtre, il est incarcéré dans le couloir de la mort en Arizona.

L’un de ses codétenus voit en lui le portrait vivant d’un autre condamné, Darren Hill… qui se révèle être son père biologique (l’histoire ne dit pas comment le lien filial fut prouvé). Or, le père de Darren Hill – et grand-père de Jeffrey Landrigan-Hill – était également un criminel de grande envergure. Adrian Raine voit en ces trois générations de criminels le signe d’une prédisposition génétique au crime. De là à postuler à une origine génétique à la violence, il n’y a qu’un pas…




                             L’intégralité de l'article


Et vous, pensez-vous que cela puisse être génétique?

_________________________________________________
L'homme de bien est droit et juste, mais non raide et inflexible; il sait se plier mais pas se courber
Le retour du criminel né ? Bpanims-05
Sweety

Sweety
Co-Admin

Messages : 21964
Date d'inscription : 03/01/2018
Localisation : Auprès de mon brun

Sweety

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum