Statistiques
Nous avons 3031 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Kabul

Nos membres ont posté un total de 1072076 messages dans 42300 sujets
   
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Réflexions (philosophiques)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveau ( par default ) Réflexions (philosophiques)

Message  larchange le Dim 12 Fév 2017 - 9:40

Dimanche 12 février 2017

Hier soir sur ONPC il a fallu entendre Onfray nous faire un discours qu'il répète depuis trente ans, à savoir que le judéo-christianisme est en train de mourir. Il ne lui suffit pas d'avoir tué Dieu, il lui faut encore tuer Dieu dans l'esprit des autres. Il ne s'en sortira jamais. Pathétique tentative de tuer Dieu chez les autres. Jésus n'a jamais existé dit-il. Il importe peu que Jésus ait existé ou pas.

Ce qu'Onfray ne sait pas c'est cela :

C'est la foi qui crée le réel

Et non le contraire.
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 819
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  larchange le Dim 12 Fév 2017 - 10:21

Il y a quelque chose d'irritant chez ceux qui pensent qu'ils déterminent leur vie sur la base de leur seule volonté consciente. Ce qui est irritant c'est qu'ils identifient leur "moi" à un dominant, qui décide en toute connaissance de cause.

"Je" est un autre écrivait le poète. Mais "je" n'est pas un autre, "je" contient le moi. "Je" est un océan aux abysses insondables, un océan dont la surface, la frontière avec l'air, est l'équivalent du moi.

Le moi n'est pas libre, car il ne sait pas tout des déterminations qui le dirigent. Et, en plus, il n'est pas même le centre décisionnaire (confer expérience de Libet : nous décidons avant d'avoir conscience de notre décision).

Mais le "je" est libre, le "je" contient la série infinie des causes qui le détermine.

Si je sais que mon moi n'est pas libre, je sais que, lorsque je prends une décision, "je" est libre. "Je" est un univers mental dont je suis "partie".

"Je" est libre, le "moi" est agi. Je (au sens de : moi) suis agi par les puissances qui sont en moi.

Je, qui synthétise les puissances en moi, m'agit.

C'est parce que le philosophe identifie le moi avec le je qu'il finit par se prendre pour Dieu.
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 819
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  Virgile le Dim 12 Fév 2017 - 10:25

JE le pense aussi sourire
avatar

Virgile
Membre banni

Messages : 1782
Date d'inscription : 18/02/2015
Localisation : Rhône

Virgile

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  Opaline le Dim 12 Fév 2017 - 16:46


@larchange a écrit:C'est parce que le philosophe identifie le moi avec le je qu'il finit par se prendre pour Dieu.

"vanité, tout n'est que vanité et poursuite du vent"...

_________________________________________________
Quand tu te lèves le matin, remercie pour la lumière du jour, pour ta vie et ta force. Remercie pour la nourriture et le bonheur de vivre. Si tu ne vois pas de raison de remercier, la faute repose en toi-même. (proverbe amérindien)

avatar

Opaline
Modératrice

Messages : 42231
Date d'inscription : 28/02/2011
Localisation : Un petit village niché dans les collines beaujolaises

Opaline

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  etoilefilante le Dim 12 Fév 2017 - 18:17

Il y a le "moi" et le "je", pour moi, deux individus.

JE est  le sujet conscient et "moi "c'est l'objet dont j'ai conscience.
L'individu moi reste en retrait ou du moins reste éteint. C'est le JE qui agit. Grammaticalement parlant c'est le sujet. Mais naturellement  la différence est beaucoup moins tranchée, peut-être plus nuancée.

Le JE  est l'être (Descartes), pour Pascal l'ennemi de l'être  c'est le moi (le moi est haïssable) « "je" n'est pas un autre, "je" contient le moi  » dans ce JE réside toujours ma liberté d'être.

Le moi est un jugement qui peut déborder à n'importe quel moment, mais le JE est une armure qui impose son libre arbitre.

etoilefilante
Membre

Messages : 347
Date d'inscription : 01/11/2016

etoilefilante

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  larchange le Dim 12 Fév 2017 - 19:37

Je suis assez d'accord avec toi etoilefilante. Ma recherche a un côté pratique tout de même. Je me sens mal à l'aise quand je sépare le "moi" (ma conscience) de l'inconscient que les psy disent être en moi. Cette séparation ne me va pas car je me sens "un". Je ne me sens pas divisé entre un "moi" conscient et un "ça" inconscient.
Je sens (ou je veux ?) une unité.
Je crois qu'il existe une unité qui synthétise le conscient et l'inconscient.
Je suis d'accord avec ta notion de liberté. Le "je", l'unité de notre personalité est libre, car ce "je" contient en lui toutes les causes de sa détermination. Ce n'est pas parce que je n'ai pas concience de mes intentions qu'il n'existe pas un "je" qui ,lui, contient ces déterminations.
Pour autant je ne m'identifie pas au moi. Ce qui signifie que, pour atteindre cette unité, il y a toujours une attitude courte mais réelle de contemplation. Dans l'état (bref) de contemplation je sens que je réalise en moi l'unité. L'unité qui conduit à la décision. Je ne me contente pas de décider sur le seul raisonnement, je décide après avoir inclus, par la faveur d'un moment  contemplatif, ce que je sens en moi, ce que je sens être en moi, au-delà de ma conscience.

D'une certaine manière toutes les connaissances que j'acquiers sont pour moi des informations qui reviennent au "je". Ce qui est conscient revient au "je" sous une forme différente (une forme différente d'avant la prise de conscience), sous une forme amendée par la réalité (réalité vue comme l'extérieur au sujet). Le "je" peut agir sans la conscience. Je peux marcher des heures et me rendre compte que je n'ai jamais pris conscience du parcours. Il m'est arrivé de conduire et de me rendre compte que j'avais parcouru des kilomètres sans avoir pris conscience du parcours. Pourtant une unité active en moi a su passer tous les obstacles. Le "je" est une réalité efficiente, qui peut agir sans la conscience de manière réelle, dans le réel. Le danger toutefois c'est que le "je" a besoin d'être informé par la conscience, qui n'est autre qu'une facette de lui-même.

J'ai le sentiment quand j'apprends, quand je lis, quand je suis tendu vers la connaissance que c'est le "je" en moi qui attend cela de moi, il attend d'être informé d'un réel dont il n'a pas une vision claire, mais dont il peut avoir une vision plus claire en s'appuyant sur la conscience, mon intelligence...qui ne sont en fait que des parties, des éléments du "je".
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 819
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  larchange le Lun 13 Fév 2017 - 17:36

Lundi 13 février 2017

Quelques travaux pratiques.

Ce matin j'ai un élève : Alex. Il a maintenant 19 ans, peut-être 20. Ce gamin a une relation avec son père catastrophique. Le père détruit manifestement le fils alors que le père pourrait largement aider son fils en maths vu qu'il a fait des études sup en maths et en physique. Mais non, le père dévalue le fils. Bien. Alex vient me voir donc il y a deux ans. En deux mois il flambe en maths, il a son bac avec mention bien (grâce aux maths). Deux ans plus tard, aujourd'hui donc, il revient me voir : il est devenu nul en maths.

Il est sombre, déprimé. Je l'emporte avec moi dans un rythme rapide : exo, exo, exo, le gamin s'anime, le gamin reprend vie,le gamin excelle, le gamin retrouve la joie de vivre. Alors, que se passe t il du côté du père, vu qu'il a un fils potentiellement bon en math ?

J'en parle à mon épouse. Je dis à ma femme (qui connait Alex et son père) :"Pourquoi le père détruit-il le fils ?" Ma femme répond : "Il n' a pas conscience qu'il détruit le fils".

Je cogite. Quand je parle au père je sens qu'il a du ressentiment contre son fils, mais lui ne sentirait pas qu'il a ce ressentiment contre son fils ? Ma femme : "si, il a conscience de son ressentiment, mais, un, il le pense justifié, deux : il ne voit pas que son ressentiment détruit son fils, ce dont il n'a pas conscience, ce n'est pas de son ressentiment, c'est de la conséquence de son ressentiment".

Revenons en maintenant à cette distinction : "je"/"moi".

Quand je vois le père, quand il est face à moi, quand il me parle, je le perçois sans sa totalité. Je parle au "je", à l'unité synthétique de sa personnalité, et partant, je vois et son ressentiment et la conséquence de ses actes, et, persuadé que lui aussi, parle consciemment à partir du "je", je ne comprends pas son attitude. Mais non justement, lui, ne prend pas concience qu'il me parle à partir du "je", il n'a conscience que du "moi". J'ai conscience du "je" de mon interlocuteur, mais lui, non ! Il n'a conscience que du "moi" à partir duquel il parle. Et probablement que c'est vrai dans l'autre sens. Lui parle au "je" que je suis, mais moi je ne perçois que le "moi" à partir duquel je parle.

Cela pose le problème de la responsabilité. Je rends responsable le père, et pourtant il n'a pas conscience des conséquences de ses actes. Est-il en définitive responsable ou pas ? Si je dis oui, alors je dis que notre personnalité n'est pas notre moi, mais le "je". Cela décale totalement la vision du monde et celle des autres.
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 819
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  larchange le Lun 13 Fév 2017 - 23:33

Je m'égare en fait. Cette question du moi-je est une vraie question mais ce n'est pas celle qui m'intéresse. L'intutition fondamentale c'est que quelque chose nous agit; nous sommes agis par quelque chose. C'est cette intuition qui me conduit à étudier.
Mais il y a là un côté mystérieux. Pour les croyants il y a un être qui sait où nous allons; cette idée d'un être qui sait face aux humains qui, eux, ne sauraient pas, est insensé. Il ne peut pas exister un être qui sait. Pourtant il y a quelque chose en mouvement, en action, en devenir. Mais cet "être" n'est pas "sachant". Le savoir s'acquiert à travers nous; l'être qui se fait dans l'univers se fait aussi en nous. La conscience de cet être qui se fait, passe par notre conscience. Notre conscience elle-même est la puissance de l'apparition de l'être. L'être n'est pas; Parménide a tort, l'être apparait.Nous sommes la conscience  d'un être qui arrive. C'est ça qui est fantastique. C'est du pur fantastique. La réalité est encore plus fantastique que Dieu. Elle est littéralement grandiose. Tout mon effort en vérité, tout mon effort, c'est de tenter de "voir" cet être qui se fait. De le sentir. De le contempler dans son mouvement d'apparition; un être est en train d'apparaitre qui réunit en lui tous les atomes de l'univers. Un être aveugle à lui même qui crée lui-même la conscience du monde. Je suis moi-même en cet être en devenir. La conscience est un moment de l'évolution. Le moi est une illusion. Et le "je" n'est qu'un des aspects de notre personnalité. Mais l'être déborde notre personnalité pour s'étendre à l'univers tout entier. Cet être est au-delà de Dieu, l'humanité peut disparaitre, Dieu aussi, Dieu lui-même est une poussière face à cet être en devenir, qui, peut-être, dans son devenir, se débarassera de  l'humanité elle-même.
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 819
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  larchange le Dim 26 Fév 2017 - 11:42

Dimanche 26 février 2017



En France la politique est devenue un métier. On rentre en politique à 20 ans et on fait carrière. Du coup nos politiques se conduisent en politique comme d 'autres se conduisent dans leur entreprise. Fillon ne doit pas comprendre pourquoi on lui en veut d'avoir exploité au mieux de ses intérêts les opportunités financières qui s'offraient à lui. D'autant que c'était légal. Il gagne sa vie en faisant de la politique. C'est un métier pour lui, presque une routine, ce n'est pas une responsabilité d'ordre moral.

La politique ne peut pas être un métier. Sinon cela dégénère et cela crée un climat pourri comme actuellement en France. La politique c'est d'abord une passion. Une passion c'est autre chose.

Pour beaucoup le seul président digne de ce nom, le dernier, c'est le Général de Gaulle. Cet homme est le dernier à n'avoir pas considéré la politique comme une promotion sociale ni comme une opportunité commode de gagner sa vie. Il n'en a plus eu comme lui depuis.

Macron quoiqu'on en dise ne compte pas sur la politique pour assurer sa promotion sociale. J'entends dire qu'il s'est réalisé dans la banque, ce qui est très mal dans un pays catholique. Mais les réminiscences catholiques ne m'intéressent pas. Cette religion reste pour moi l'incarnation même de la névrose et de l'hypocrisie. Il en reste des traces dans cette condamnation générale de la finance par des gens qui passent leur temps à vivre sur les fonds publics. La finance n'est pas un mal en soi, la finance doit être contrôlée, c'est tout. Condamner Macron quand soi-même on n'a vécu que sur les impôts des Français il faut le faire.

Dans beaucoup de pays les personnes qui arrivent au pouvoir ont réalisé leur insertion sociale par l'exercice d'un métier, d'une profession. Certains perdent même beaucoup d'argent en choisissant la politique. Leur choix n'est donc pas motivé par une "promotion sociale" mieux rémunérée mais par une passion. On objectera qu'à ce compte un ouvrier ne peut pas devenir président de la République. Je pense que si. Tout en lui déniant toute promotion sociale en devant président, il faut lui assurer lors de son retour à la vie civile, une réinsertion acquise.

L'exemple de ce syndicaliste qui a été choisi par le PS pour devenir député européen montre bien l'attitude de nos politiques. La politique c'est une promotion sociale. Ce qui pervertit toute la politique.
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 819
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  bouddean le Dim 26 Fév 2017 - 12:14

nan mais si tu attends que les Hommes politiques soient bons et honnêtes d'eux même,tu vis dans l'illusion, il n'y a que des règles strictes et sévères qui les maintiendront dans la légalité

Sauf que les règles strictes et sévères, elles ne s’appliquent pas aux dirigeants mais seulement aux dirigés .

avatar

bouddean
V.I.P.

Signe du zodiaque : Scorpion

Messages : 1763
Date d'inscription : 24/03/2016
Age : 54
Localisation : poatoux charente

bouddean

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  Dad le Dim 26 Fév 2017 - 12:36

@larchange a écrit:En France la politique est devenue un métier. On rentre en politique à 20 ans et on fait carrière. Du coup nos politiques se conduisent en politique comme d 'autres se conduisent dans leur entreprise.

Comme dans tous les pays , c'est un métier avec une certaine diplomatie et des bases nécessaires qui n'ont rien à voir avec une entreprise .

Peut on comparer un chef d'état à Donald Trump ? chef d'entreprise qui n'a aucune notion de politique et qui veut gouverner comme patron , comme si il s'adressait à de simples salariés ?
Ou à Emmanuel Macron , qui débute et dont les gaffes s'accumulent , car lui aussi n'a pas assez d'expérience dans le domaine , et a beaucoup de mal à se projeter en véritable politicien .

_________________________________________________
Un problème sans solution est un problème mal posé.
Albert Einstein
avatar

Dad
Admin fondateur

Messages : 54841
Date d'inscription : 18/12/2010

Dad

https://www.skywebforum.com/

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: Réflexions (philosophiques)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum