Statistiques
Nous avons 2967 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Miranda91

Nos membres ont posté un total de 1031319 messages dans 38697 sujets
   
Connexion

Récupérer mon mot de passe


La disparition de la classe moyenne

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveau ( par default ) La disparition de la classe moyenne

Message  larchange le Jeu 3 Nov 2016 - 16:02

Dans son dernier livre Christophe Guilluy (Le Crépuscule de la France d'en Haut) continue sur sa lancée (voir ses livres précédents sur la France périphérique) : les classes moyennes s'étiolent, la société se fracture en deux pôles, celui des grandes métropoles où cohabitent classes supérieures (les bobos) et les émigrés (qui occupent des postes propres à servir les intérêts des bobos) et celui de la France périphérique où vivent les classes populaires.

L'émigration tend à rejeter dans la France périphérique les autochtones, lesquels tentent de conserver leurs traditions en émigrant dans les zones provinciales.

Ce qui n'est pas clair chez Guilluy c'est la raison de l'étiolement des classes moyennes. L'immigration n' y est pour rien, alors ?

Une série d'articles concernant les USA apportent des réponses. Aux USA le taux de chômage baisse, l'économie reprend, pourtant il y a de plus en plus de précarité. Le taux d'emploi des citoyens en âge de travailler n'a pas retrouvé celui d'avant la crise, loin de là. Il y a paupérisation de la population. Pourquoi ? Les enquêteurs remarquent ceci : la classe moyenne se précarise en raison de la numérisation des métiers qui demandaient jusqu'alors un certain savoir-faire, et qui disparaissent , remplacés par des procédés numériques. Tous les métiers qui reposent sur la seule mémoire, sur la capacité à articuler un savoir mémorisé avec la réalité peuvent être numérisés. Ce sont surtout les classes moyennes, celles qui ont des revenus au-dessus du revenu médian jusqu'aux revenus des classes supérieures (entre 1500 et 4500 euros par mois en France) qui sont touchées.

Nous aurions donc deux mouvements de transformation de la société civile :

L'immigration qui vient faire concurrence aux métiers sans qualification (lesquels ne sont pas remplacés par des machines dès lors que le coût de l'humain est moins cher que le coût d'une machine), concurrence qui tend à marginaliser la population autochtone (voir le Brexit) et à la conduire à adopter des stratégies de défense en émigrant dans les zones périphériques et en rejetant les immigrés pour conserver leurs traditions.

La numérisation qui précarise les classes moyennes et accentue le clivage social entre classes populaires et classes supérieures par disparition de la classe moyenne intermédiaire.

Cela explique la montée des idéologies d'extrême droite (rejet de l'immigration, repli sur les traditions) mais l'extrême droite ne pourra rien faire contre la numérisation. Il semble bien que nous nous dirigeons de manière inéluctable vers une cassure de la société entre les classes populaires et les classes supérieures. La numérisation elle-même touchera tôt ou tard les classes supérieures (les médecins par exemple pourraient souffrir de la numérisation).
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 821
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  larchange le Ven 4 Nov 2016 - 10:24

Cette réflexion sur la disparition de la classe moyenne à cause de la numérisation (à cause aussi du développement de l'intelligence artificielle qui est appelée à devenir un développement "exponentiel") et sur la précarisation des classes populaires autochtones à cause de l'immigration me renvoie à une autre constatation, que j'avais faite il y a longtemps, vraiment longtemps.

Lorsque, en 1968, nous discutions de la venue d'un autre monde engendré soit par le biais du communisme, soit par le biais d'une révolution libertaire, pendant que les "révolutionnaires" parlaient, je m'étais mis à penser à ces lendemains qui devaient chanter, et je me disais, en imaginant les ouvriers à la chaine, les employés dans leurs bureaux : "Mais demain, quand la révolution sera faite, il faudra bien que les ouvriers entrent à nouveau dans les ateliers, il faudra bien que les employés entrent à nouveau dans leurs bureaux !" Et de quoi souffrent aussi les salariés ? Ils souffrent d'un travail qui, en soi, n'a pas de sens.

Je me suis alors rendu compte que, au delà des idéologies, capitalisme et communisme à l'époque, quelque chose de plus fantastique s'était mis en route, que nul ne pourrait plus jamais arrêter : l'industrialisation.

Nous pouvions certes renverser le capitalisme (ou pas !), l'industrialisation était en route et nul ne pourrait plus arrêter ce mouvement d'industrialisation, qui, en soi, transformait totalement les rapports sociaux.

Nous en sommes aujourd'hui au même point, nous pouvons toujours discuter idéologies, pendant ce temps-là des puissances plus fondamentales sont en action : notamment l'irruption de l'intelligence artificielle ( robotisation). Et nul, nul ne peut plus arrêter ce mouvement.

Nous sommes emportés dans un mouvement d'une puissance inouïe, qui, quelque que soit l'idéologie dominante à venir, détruira l'ancien monde. C'est inéluctable.

Alors je pense à cette phrase de Hegel, je pense à la ruse de Dieu. Sans le savoir, pendant que nous parlons idéologies, une force fondamentale nous entraine ailleurs. La ruse de Dieu.
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 821
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  etoilefilante le Ven 4 Nov 2016 - 11:33

La disparition de cette classe moyenne, si elle est avérée est tout de même assez préoccupante.

Il y a, on ne peut le nier, une déshumanisation de nos sociétés avec la numérisation, internet, il y a aussi cet impératif de rentabilité à tous azimuts, la dignité humaine en est affectée. Il y a sans être pessimiste, une machine à broyer, et je le répète à déshumaniser.

"La classe ouvrière" a pratiquement disparu de nos vocabulaires.

Oui, je suis d'accord avec toi larchange. Le mouvement est en marche et rien ne pourra l'arrêter.
A moins que la ruse Dieu...

etoilefilante
Membre

Messages : 369
Date d'inscription : 01/11/2016

etoilefilante

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  larchange le Ven 4 Nov 2016 - 21:35

@etoilefilante a écrit:La disparition de cette classe moyenne, si elle est avérée est tout de même assez préoccupante.

Il y a, on ne peut le nier, une déshumanisation de nos sociétés avec la numérisation, internet, il y a aussi cet impératif de rentabilité à tous azimuts, la dignité humaine en est affectée. Il y a sans être pessimiste, une machine à broyer, et je le répète à déshumaniser.

"La classe ouvrière" a pratiquement disparu de nos vocabulaires.

Oui, je suis d'accord avec toi larchange. Le mouvement est en marche et rien ne pourra l'arrêter.
A moins que la ruse Dieu...

L'idée même que "quelque chose " de plus puissant que le capitalisme était en marche m'a toujours "tourmenté". Bien sûr, jadis, j'étais sensible aux analyses marxistes, mais il me semblait que, même si le capitalisme était mis à bas, cela ne changerait pas grand chose pour les classes populaires. L'industrialisation, la production de masse, peut certes être organisée différemment selon la propriété des biens de production (les capitalistes ou l'Etat) mais au final, pratiquement, les ouvriers, les employés, les ingénieurs, etc. seront toujours dévorés par les nécessités engendrées par la production de masse. Cette production de masse transcende par les nécessités qu'elle entraine, les idéologies.
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 821
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  fifititi le Ven 4 Nov 2016 - 22:20

Ce qui "transcende" le communisme et le capitalisme c'est l'Organisation Scientifique du Travail :
 
L'organisation scientifique du travail (OST), qui connaissait en Europe des applications depuis le XIVe siècle sera formalisée, puis diffusée et largement utilisée lors de la deuxième révolution industrielle à la fin du XIXe siècle. En tant que méthode de gestion et d'organisation des ateliers de production, ses principes ont été développés et mis en application industrielle par nombre de personnalités (Pierre-Paul Riquet, Vauban, Frédéric Japy, William Leffingwell, Henri Fayol, etc). Mais le plus connu est Frederick Winslow Taylor (1856 - 1915), ce qui explique que l'OST soit souvent assimilée au taylorisme. Par suite et notamment aux États-unis, le mouvement dit du fordisme qui en fera une très large application contribuera à sa diffusion.

L'OST conduit à une division extrême du travail, la parcellisation des tâches, en forçant les ouvriers et les employés à ne devenir que de simples exécutants dans d'immenses entreprises mécanisées. Le métier de col blanc a ainsi subi une forte dévalorisation dès la Belle Époque, visible par exemple chez les sténographes-dactylographes. Est ainsi introduite dans le monde du travail une séparation radicale entre ceux qui conçoivent et ceux qui produisent. Pour Taylor et le Taylorisme, l’ouvrier n’est pas là pour penser, mais pour exécuter des gestes savamment calculés pour lui après avoir été chacun chronométrés. Il est encouragé à être performant par un système de prime. Tout travail intellectuel doit être enlevé de l’atelier pour être concentré dans les bureaux de planification et d’organisation de l’entreprise.



https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_scientifique_du_travail
avatar

fifititi
V.I.P.

Signe du zodiaque : Sagittaire

Messages : 29040
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 57
Localisation : Lyon

fifititi

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  larchange le Ven 4 Nov 2016 - 23:28

Nous ne sommes plus dans cette situation, dans cette division scientifique du travail. Nous en sommes sortis. Depuis assez longtemps. L'apparition d'une classe moyenne intermédiaire a surgi avec le développement des services, le développement du secteur tertiaire. Ce que vous décrivez, à travers l'OST, c'est l'époque où le secteur industriel prédominait. Or l'industrie aujourd'hui ne compte plus que pour moins de 20 pour cent dans l'économie du pays. Ce sont les services qui ont explosé. Et les services ne peuvent pas être organisés selon l'OST des usines. C'est ce qui fait dire à certains que la classe ouvrière est en voie d'extinction.
Non la classe sociale dont parle Guilluy, et qui serait en voie de disparition, ce sont les classes moyennes issues des services. Je ne sais pas s'il a raison d'ailleurs !
Si je parle de "forces" qui nous dépassent c'est que l'innovation nul ne la maitrise et pour cause, puisqu'il s'agit d'innovation. Impossible de savoir, a priori, que des fous d'informatiques par exemple vont être capables de concevoir en REEL l'Intelligence Artificielle (tout cela est science fiction pour beaucoup mais pas réalité). A tel point que Bill Gates et Hawking viennent de sonner le signal d'alarme : Attention à l'I.A. C'est un danger pour l'humanité. Nul, a priori, n'aurait pu prévoir l'I.A et surtout son rêve fou : remplacer l'espèce humaine par une autre espèce créée par l'homme. C'est cela que je veux dire : nul ne sait ce que l'avenir sera car l'avenir est en....création. La création n'est pas prévisible, elle ne serait pas création sinon. La création est ce qui apparait et qui était, avant son apparition : INIMAGINABLE. Quand je parle d'inimaginable, je ne parle pas de la "chose" créée en soi (l'I.A.) je parle de l'utilisation qu'en fera l'homme. Ce sont les rapports sociaux engendrés par l'innovation que nous ne contrôlons pas. Nous maîtrisons la "chose" créée mais nous ne maitrisons pas l'effet de la chose créée sur les rapports humains, sur l'évolution de la société.C'est ça le mystère du génie humain : faire advenir l'inimaginable social. Et si l'inimaginable social peut advenir alors je dis : des forces que nous ne soupçonnons pas agissent en nous. L'homme est vécu par quelque chose de plus puissant que lui.
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 821
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  fifititi le Sam 5 Nov 2016 - 8:34


Non seulement contrairement à ce que vous pensez, l'Organisation Scientifique du Travail n'a pas disparu mais bien au contraire elle se répand dans le secteur tertiaire. Quant à la disparition de nos usines elle n'est que la conséquence directe de la mondialisation et des avantages comparatifs. Il n'y a rien de surnaturel dans tout cela. La prétendue "main invisible du marché n'est qu'une invention des libéraux.
avatar

fifititi
V.I.P.

Signe du zodiaque : Sagittaire

Messages : 29040
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 57
Localisation : Lyon

fifititi

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  larchange le Lun 7 Nov 2016 - 8:27

Vous ne me comprenez pas et l'expérience me prouve que, pour me faire comprendre, il faudrait que vous en sachiez plus sur le fonctionnement du cerveau tel qu'il nous apparait au fur et à mesure des découvertes médicales.

J'ai utilisé la "ruse de Dieu" pour paraphraser Hegel ! Mais vu votre critique et vu ce que je perçois de votre fonctionnement cérébral j'aurai dû écrire : "la ruse de la Raison", je reste persuadé que cela vous va car je pense que votre religion à vous,c'est la raison, c'est la croyance au principe de causalité. Qui est aussi une croyance.

Non, le taylorisme a depuis longtemps été dépassé. La division des tâches n'a plus pour but de segmenter le travail de l'Homme mais de préparer la venue de l'automatisation. Les hommes ne sont plus employés à exécuter des tâches de plus en plus "divisées" ils sont employés à autre chose. Les professions recourant à l'imaginaire, au verbe, au symbolisme, aux métiers de contrôle (ce que vous appelez virtuel) se développent de plus en plus. Ce qui est de l'ordre du taylorisme a depuis longtemps été rempli par les robots (je parle des machines automatisées, pas des robots humains). Visiter les nouvelles usines et comparer aux usines d'il y a 60 ans. L'homme réduit à des actes répétitifs, style Fritz Lang ou Charlot, cela n'existe plus qu'à la marge.

Ce dont souffrent les salariés aujourd'hui ce n'est pas du caractère répétitif de leur travail c'est des nouvelles formes de management : le management par objectifs, le management par le stress. Je vous recommande la lecture des sociologues (le Goff par exemple sur la nouvelle barbarie au travail, qui n'est plus le mécanisme, mais le management par objectifs).
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 821
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  larchange le Jeu 10 Nov 2016 - 15:05

Une enquête menée par l'institut Gallup aux USA montre une chute significative du nombre de ceux qui se déclarent appartenant à la classe moyenne. Ils ne sont plus que 51 pour cent à se déclarer comme tels en 2015 contre 63 pour cent en 2008. Le sentiment d'appartenir à la classe ouvrière ou défavorisée est passé de 35 à 48 pour cent (sur la même période).
"Ce sentiment de paupérisation et de déclassement est très marquant aux USA" selon un journaliste français. Et en France, n' a y a t il pas aussi un tel sentiment de déclassement dans les classes populaires ?
avatar

larchange
Membre banni

Messages : 821
Date d'inscription : 14/08/2016

larchange

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  fifititi le Jeu 10 Nov 2016 - 15:07

il s'agit d'une des raisons importantes de la victoire de Donald Trump.
avatar

fifititi
V.I.P.

Signe du zodiaque : Sagittaire

Messages : 29040
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 57
Localisation : Lyon

fifititi

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  Ro-minet le Jeu 10 Nov 2016 - 15:34

C'est quoi la classe moyenne ? C'est quand on se sent plus riche qu'un pauvre mais pauvre par rapport à un riche ? green
avatar

Ro-minet
V.I.P.

Signe du zodiaque : Taureau

Messages : 5877
Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 61
Localisation : Loire du sud

Ro-minet

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau ( par default ) Re: La disparition de la classe moyenne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum